La publicité digitale ne doit pas rester le pré carré des grands annonceurs !

 

C’est un fait, avec une croissance de 17% en 2018, la publicité digitale devient le média favori des annonceurs alors que pendant ce temps les médias historiques (TV, presse, radio, affichage, annuaires) enregistrent tous une baisse de leurs parts de marché.

La publicité digitale représente donc aujourd’hui un marché de près de 4,9 milliards d’euros d’après les chiffres du 21ème observatoire de l’e-pub.

(sources : http://www.sri-france.org/etudes-et-chiffre-cles/observatoire-de-le-pub-sri/21eme-observatoire-de-pub-sri/)

1. Rapidement quelques chiffres

• Le Search avec une progression de 11% en 2018, représente aujourd’hui, 45% du marché global avec un CA net de 2 275M€

• Le Display global a connu quant à lui une croissance 30% lui permettant d’atteindre aujourd’hui 40% du digital.

D’un côté, le Display Social avec une croissance de +63% représente maintenant 22% du marché, de l’autre le Display hors social occupe 18% du marché global avec une croissance de +5% en 2018.

• Les « Autres Leviers» sont également à la hausse en 2018 : +7,5% pour l’affiliation, +6% pour les comparateurs, et +2% pour l’emailing que d’aucuns avaient trop vite enterré.

2. L’envol du programmatique

Le Programmatique représente désormais plus des 2/3 (67%) du Display global (1315M€) avec une croissance de +46% et atteint près de la moitié (46%) du Display hors Social (336M€) et croît tant sur les formats classiques (+10%) que vidéo (+48%).
Ne laissons pas le display aux gros annonceurs!
Les TPE-PME doivent saisir cette chance avant qu’il ne soit trop tard.

En 2017, le Baromètre unifié du marché publicitaire (BUMP) comptait 56.073 annonceurs actifs or sur la même période la France comptait plus de 2,5 millions d’entreprises.

Problème, non ?

Nous, nous avons la conviction que la publicité digitale ne doit pas être le pré carré des grandes entreprises de la grande distribution, de l’automobile ou du tourisme…

La publicité digitale est une chance inestimable et le moyen donné à des TPE ou PME de s’afficher au plus près de leurs clients pour un budget vraiment contenu.

Nous pensons même qu’à force d’agacer l’internaute avec des publicités qui le suivent de page en page celui-ci ne les regarde plus ou les bloque avec des adblocks.

L’avenir de la publicité digitale est locale. Les TPE-PMe doivent s’emparer de ce média et prendre de l’espace aux gros annonceurs.

Encore faut-il respecter certaines règles :

– connaître ou faire analyser son cœur de cible,

– diffuser un message local qui touche le consommateur,

– avoir des messages simples qui parlent à l’internaute,

– ne pas harceler l’internaute et respecter un capping comme disent les marketeurs (entre nous une fréquence) qui ne soit pas pénible quitte à perdre certains internautes distraits,

– avoir une jolie page de redirection qui donne envie pour interagir avec l’internaute,

Prenons un exemple sur un marché fortement concurrentiel, notre dernière opération d’un franchisé du réseau Dépil Tech a permis :

– de booster la notoriété du point de vente en étant vu par 197.537 internautes appartenant à son cœur de cible et résidant dans sa zone de chalandise

– de générer 800 clics vers son site internet pour un taux de clics de 4.05 pour mille

– En fait, tout simplement, nous avons multiplié par 5 les taux moyens de clics en display hors social en associant conseil – identification et sélection des cibles, création des messages et imagination.

Et si la solution était de solliciter le client là où il est le plus souvent sur son mobile ou son pc pour un budget low cost.